Docu France 5 : MANGER PLUS POUR SE NOURRIR MOINS

lien de la video

RÉSUMÉ
Aujourd’hui, dans les pays industralisés, la majeure partie de la population mange à sa faim. Pourtant, de nombreuses personnes souffrent d’une insuffisance en micronutriments comme le fer, le zinc, mais aussi en acides gras et en vitamines. En effet, au cours des cinquante dernières années, les aliments auraient perdu jusqu’à 75% de leur valeur nutritive. Ainsi, pour retrouver l’apport en vitamine C d’une pomme des années 50, il faudrait en consommer une centaine. Cela serait pareil pour la majorité des fruits et légumes les plus consommés ainsi que pour la viande, le lait frais ou le blé. En cause, la révolution agricole des années 50, la mécanisation, la recherche variétale, la monoculture. Les coûts ont baissé certes, mais au détriment de la qualité. Enquête, des Etats-Unis à l’Allemagne, de l’Angleterre à la France.

AUTRES
Maëlle Joulin / Réalisateur
Maëlle Joulin / Auteur

image_12

Une lutte pour survivre

A l’origine, nous sommes des grands singes vivant dans la jungle africaine, nous sommes arboricoles. Notre nourriture se compose principalement de fruits, de feuilles de tubercules, un peu de petits insectes. A cette époque, 90% de notre alimentation provient des végétaux.

Quelques millénaires plus tard, nous somme contraint à rejoindre la savane, pour des raisons indéterminées (changement climatique, surpopulation,…) et nous devenons bipèdes. L’abondance de fruits n’est plus la norme, le milieu devient hostile. Les grands prédateurs, tels que les lions, les hyènes, les tigres dents de sabres, … nous côtoient. La consommation de végétaux diminuent, et nous complétons nos repas avec de la viandes fraîche : petits rongeur, pintades, gibier,… dans la majorité des cas, des viandes peu grasses. Cependant l’acidité de cette nouvelle alimentation n’est pas sans conséquences : notre corps n’ayant pas les enzymes nécessaires pour digérer correctement cet afflux de viande, une grande sélection s’entame et seul les plus résistants garantissent leur survie. La découverte du feu s’associe à cette nouvelle alimentation et amène la possibilité de manger de la viande moins fraîche. Nous devenons des chasseurs cueilleur nomades en quête de nourriture : voici l’origine de notre consommation de viande.

Ensuite, une partie de ces cueilleurs nomades remonte en Europe et en Asie et s’adapte au froid en favorisant les individus pouvant résister à de long hiver avec peu de nourriture. Leur corps évolue et il permet désormais de mieux stocker les graisses afin de les restituer en courte période de famine ou de jeune… Une autre partie se dirige vers les mers, fleuve et rivières et apprennent à pécher. Dans les deux cas, nous sommes encore chasseur-cueilleur.

Vient alors l’aire de l’agriculture et de l’élevage, nous commençons à cultiver des céréales facilement stockable en hiver : voici l’apparition de premier surplus permettant de dégager du temps pour d’autres activités. Nous séparons alors les taches et les métiers à l’intérieur d’une communauté : c’est la naissance des premières civilisations.

C’est à cette période que nous voyons apparaître les premières caries avec l’apparition des sucres lents : les céréales.

Durant les périodes de grands froids ou de famine, une sélection s’entame chez certain peuple sur ceux pouvant se nourrir du lait de leur animaux d’élevage c’est le cas notamment avec les massai et le peuple Europe du nord Allemagne Norvège. Le lait animal n’étant pas adapté à l’origine aux humains une nouvelle sélection apparaît.

Dix mille ans après, période dans laquelle nous sommes encore actuellement, nous inventons l’agriculture de masse et les engrais pour faire face à l’augmentation de la population. Celle-ci entraîne une fatigue des sols diminuant la qualité nutritive de nos aliments. Nous pouvons prendre l’exemple de la teneur en vitamine C d’une pomme : Elle a été divisée par 100 en 50 ans. L’industrie agroalimentaire apparaît, le marketing aidant, elle joue sur notre addiction pour le gras et le sucre et le sel. C’est le début de l’ère des produits transformés. La nourriture devient abondante comme jamais auparavant dans l’histoire. De nouvelles maladies, dites maladies de civilisations, sont constatées. Elles sont dues à notre nouveau mode de vie et notre nouvelle alimentation.

Le problème, c’est que notre corps n’a pas encore eu le temps de s’adapter à ces nouveaux changements: les céréales, la nourriture industriel, le sucre et produit raffiné, le lait pour certain (une grande partie). La sélection naturelle est toujours présente et certain ne résistent malheureusement pas à ces changements : les diabétiques, les cancéreux, les obèses, ….

C’est pour cela que nous prônons une alimentation locale et « naturelle » car celle-ci dépend de notre histoire génétique. “Tant que tu peux soigner avec des aliments, ne soignes pas avec des médicaments ». Principe énoncé par Hippocrate.


source : www.hominides.com

entete

Existe-il une alimentation parfaite ?

Cette question fonde l’origine de ce blog. Toute personnes en quête de bonheur, de bien-être et désirant s’améliorer fini a un moment ou un autre par se poser cette question : Existe-il une alimentation parfaite ?

 

entete

 

C’est pourquoi, deux hommes, chacun de leur côté, se lancent à la quête de réponses. Bien sûr, cette question n’est pas la seule, dès que l’on s’intéresse au bonheur et au bien-être, les sujets sont très variés et nous pouvons vites nous égarer : sport, spiritualité, développement personnel, alimentation, … Au final, n’est-ce pas lié ? Mais restons centrés, pour ce premier article, sur la question de l’alimentation.

Il existe différentes étapes de prise de conscience concernant notre alimentation. En générale, nous nous basons sur notre éducation : l’alimentation de nos parents est notre alimentation. Si nos parents n’ont pas tous les dépliants des fastfoods des coins, nous y sommes tout de même confrontés durant notre adolescence (et plus si affinité !). Mais au bout d’un certain temps, nous prenons conscience que cela ne peut pas durer ! Et là, les étapes peuvent être multiples :

  1. Je décide d’en finir avec la « junkfood », je remplis le frigo de plats préparés.
  2. Finalement, est-ce une bonne idée ? L’étiquette me fait peur : du sucre dans les carottes râpées ?…
  3. Je me concentre à reprendre des bases de cuisine simple avec des pâtes, des patates, des steaks, du poisson pané et quelques légumes pour faire bien !
  4. Est-ce que manger autant de viande est nécessaire ? Je diminue les quantités et j’essaye, avec bien du mal, à manger les légumes de ma cantine.
  5. Je me radicalise : la viande n’est pas faite pour moi, et c’est quoi toute cette maltraitance des animaux ? : Je deviens végétarien
  6. Je vais plus loin : je ne veux plus rien d’origine animale : je deviens végétalien.
  7. Je réentends parler de préhistoire : je deviens crudivore.

Bien sûr, chacun emprunte son chemin, s’en écarte parfois, mais de manière générale, nous avons répertorié l’ensemble des régimes que nous pouvons trouver sur le net.  STOP !!! Le mot régime, revenons dessus. Ce blog ne traitera à aucun moment les régimes tel qu’on en entend parler dans les publicités : je ne cherche ni privations, ni à maigrir, juste les apports nécessaires à mon corps pour vivre en bonne santé. Bien sûr, une bonne alimentation va avec un corps en pleine santé, harmonieux et beau, cependant, je ne pense pas qu’il existe de régime miracle : Ah, c’est bon, nous arrivons enfin au lien avec le titre de cet article.

Alors, existe-il une alimentation parfaite pour tout le monde ? Je n’en ai pas la certitude, mais c’est ce qu’on essaye de nous faire croire avec tous ces régimes, certains suppriment les sucres de notre alimentation, d’autre toutes les graisses, d’autres prônent la viande. Et c’est partie pour la valse des calories de chaque aliment, et les études multiples des groupes de personnes ayant perdu du poids avec tel ou tel régimes.

Mais qui sont ces gens qui prônent ces régimes ? Et bien certains sont des médecins, des scientifiques, qui réalisent des études plus ou moins bien menés (Il parait que manger un carré de chocolat noir par jour fait maigrir : Cherchez sur internet, c’est très intéressant !). Malheureusement, nous sommes aussi deux scientifiques ravis d’en apprendre tous les jours, cependant, tous ce qu’énoncent ces personnes sont vrais… jusqu’à preuve du contraire… (Oui oui, à une époque la Terre était plate, le soleil tournait autour de la terre !) Et les sciences évoluent très rapidement, mais en sommes-nous à comprendre l’intégralité du fonctionnement de notre corps ? Même si on fait des choses extraordinaires au niveau macroscopique avec des greffes d’organes toujours plus impressionnantes, comprendre l’assimilation des aliments que nous ingérons dans notre corps  est une étape pas facile à franchir au vu du nombre impressionnant de variables et de mécanisme en interaction (calories, vitamines, il se cache quoi derrière tout ça ?). Et si nous réfléchissons un peu plus, est ce que tout le monde est à part égale sur ce sujet ? Il est bien connu que chacun est différent, pourquoi ne serait-ce pas la même chose pour l’alimentation ? Allons plus loin : l’alimentation parfaite dépend peut-être de la personne et de sa situation géographique, mais aussi du moment de notre vie, de notre âge et de notre activité à ce moment donné !

Restons-en là pour dire que ce blog n’a aucune vocation scientifiques, il n’existe aucune vérité absolue, mais arrêtons-nous un instant de réfléchir (pour ceux qui n’arrêtent pas de réfléchir, nous reviendrons sur toutes ces notions dans de futur articles) et… testons !

Je pense que si vous avez atterrit ici, c’est que vous vous doutez bien que certaines choses sont à éviter : avez-vous déjà vu une personne manger tous les jours au MacDo bien finir ? Il existe tellement d’autres exemples, mais allons droit au but,

UNE ALIMENTATION LE MOINS TRANSFORMÉE POSSIBLE : voilà ce que nous allons essayer de défendre sur ce blog !

 

Noisettes_recadré